人気ブログランキング | 話題のタグを見る

エコでフェアでピースな世界をヒロシマから国政へ!成長戦略から成熟戦略。誰もが置きざりにされない社会を。核兵器も原発もない世界を。役人からヘルパーへ。庶民増税より格差是正。ヒロシマの心活かす市民発・政界再編。


by hiroseto2004

詩織さんの記者会見、ル・モンドも報じる

山口敬之被疑者(元容疑者)の強姦疑惑を訴える伊藤詩織さんの記者会見を、ル・モンドも報じました。
総理のお友達と言うだけで無罪放免される山口被疑者。その上、なんと「あなたは被害者ではない」などと開き直る山口被疑者。
これでいいのか?!





Shiori Ito, 28 ans, jette un pavé dans la mare en publiant son livre intitulé “Black Box” au Japon. Elle y raconte son calvaire depuis son viol et dénonce “un système judiciaire et social où les victimes de crimes sexuels ne sont ni protégées, ni entendues”.

Cette nuit-là, j'ai été violée. Mon cauchemar a commencé.” Shiori Ito, 28 ans, prend la parole devant un parterre de journalistes avec un aplomb et une maturité qui impose le respect, mardi 24 octobre. “Je veux parler, à visage découvert, pour toutes les femmes qui ont peur de le faire parce qu'ici, au Japon, ni la police, ni la justice ne soutiennent les victimes de crimes sexuels. Le viol est tabou.”

Le calvaire de Shiori Ito a débuté en avril 2015. Alors âgée de 26 ans, elle se réveille dans une chambre d'hôtel de la capitale japonaise. Groggy, elle souffre de multiples douleurs. Un homme est allongé sur elle. Terrorisée, elle le pousse et court se réfugier dans la salle de bains. Alors qu'elle essaie de reprendre ses esprits, la soirée lui revient en tête.

"Je pense qu'il m'a droguée"

La veille, elle avait “rendez-vous avec le responsable du bureau de Washington de la chaine de télévision TBS. Il m'avait contacté par mail, dans le cadre de formalités administratives concernant un stage que je souhaitais réaliser dans sa rédaction. Mon rêve était de devenir journaliste.” L'homme d'une cinquantaine d'années lui propose de se rencontrer “autour d'un dîner alors qu'il est de passage à Tokyo.”

La jeune femme accepte. Elle prend un verre, puis c'est le trou noir. “Je n'ai pas de souvenirs, je ne sais pas comment je suis arrivée dans cet hôtel... Je pense qu'il m'a drogué. ” Lorsqu'elle quitte la salle de bains, “il essaie de me violer à nouveau”. Mais elle parvient à s'enfuir. L'homme, qui nie toujours les accusations est Noriyuki Yamaguchi, biographe et ami proche du premier ministre, Shinzo Abe. Aujourd'hui, il ne travaille plus chez TBS.

4% des viols font l'objet d'une plainte

Le Japon est connu pour avoir l'un des taux de viols les plus faibles des pays développés. Pour autant, Kazuko Tanaka, auteure d'un ouvrage sur les crimes sexuels au Japon, estime que moins de 4% des cas de viols font l'objet d'une plainte. “Les victimes ne sont ni écoutées, ni protégées, confirme Shiori Ito. J'ai parlé à l'hôpital, à la police mais ces derniers m'ont dit : il n'y avait que vous deux dans la chambre. Personne ne sait ce qui s'est vraiment passé.”

La requête de Shiori Ito de traduire en justice Noriyuki Yamaguchi vient d'être rejetée. Mais elle ne baisse pas les bras. Elle vient de publier un livre, Black box, où elle raconte son histoire et incite les autorités à ouvrir le débat sur la question du consentement. Dans son ouvrage, elle cite une étude diffusée sur la chaine publique NHK : pour 27 % des Japonais, accepter de boire un verre en tête-à-tête serait déjà un signe de consentement sexuel.


トラックバックURL : https://hiroseto.exblog.jp/tb/26150917
トラックバックする(会員専用) [ヘルプ]
※このブログはトラックバック承認制を適用しています。 ブログの持ち主が承認するまでトラックバックは表示されません。
by hiroseto2004 | 2017-11-03 09:04 | ジェンダー・人権(DV・性暴力) | Trackback